La majorité municipale diffame l’AJUV

pouce-vers-le-basDans le numéro du journal municipal Juvisy/Grand Paris d’octobre 2016 (numéro 249) les « élus de la majorité municipale avec Robin Reda » ont publié un article diffamatoire concernant l’AJUV, l’accusant entre autres de « ficher » les Juvisiens. Il s’agissait là d‘une manœuvre grossière de diversion, le fond portant sur un PLU très contesté que la majorité a refusé de discuter à Juvisy avec les habitants. L’AJUV a exercé, conformément à la loi, son droit de réponse, vu le caractère diffamatoire de cette tribune. Le texte de réponse est publié dans le journal municipal de novembre, vous pouvez le retrouver ci-dessous.

Retour sur le PLU, ou comment la majorité municipale diffame et détourne le sujet !

Diffamant envers notre association, l’AJUV, tel est l’article que la majorité municipale a publié dans le numéro précédent de ce magazine sous le titre « Retour sur le PLU, ou comment la gauche juvisienne vous fiche ! ».

Soucieux de la dignité du débat politique, nous ne répondrons pas aux attaques personnelles contre les membres de l’AJUV, car elles sont fausses et ridicules.

Dans le cadre du débat sur le PLU, l’AJUV a informé les Juvisiens des vrais projets de constructions et de densification que la municipalité voulait cacher aux Juvisiens. Et au travers de deux réunions publiques et de plusieurs lettres d’information, nous avons mobilisé les Juvisiens pour les inviter à s’exprimer démocratiquement dans le cadre de l’enquête publique.

Les Juvisiens ont alors consigné plus de 400 pages de critiques dans le registre du commissaire-enquêteur. Du jamais vu par ce dernier ! Son rapport, publié en juin 2016, nous donnait raison en recommandant l’abandon des projets les plus insensés (des constructions av. d’Estienne d’Orves et à la place du Centre de Loisirs et de la maison de quartier Sarraut). Il recommandait également un débat au Conseil Municipal, ce que la majorité municipale a refusé. Pendant cette enquête, la majorité municipale a vu surgir de nombreux collectifs d’habitants.

LAJUV se félicite d’avoir contribué à cette mobilisation car les Juvisiens ont voulu prendre en main leur destin en matière d’urbanisme. Evidemment, dans ce même numéro d’octobre, les Juvisiens ne trouveront aucune information, ni sur le PLU modifié, ni sur le rapport accablant du commissaire enquêteur.

Pour cette majorité municipale qui s’est révélée coupée des habitants, la diffamation est un moyen de détourner l’attention !

L’accusation de « vouloir ficher » les Juvisiens est risible. La pétition en faveur du T7, qui a recueilli en septembre 2015 plus de 3000 signatures sur l’ensemble de la Calpe, n’a jamais été utilisée pour mobiliser contre le PLU. Sur ce dernier sujet, nous n’avons fait qu’organiser des réunions publiques et diffuser des lettres d’information, sans jamais faire signer de pétitions ! La majorité municipale nous accuse de vouloir utiliser le registre du commissaire-enquêteur mais le Maire nous refuse de nous le communiquer, ce qui est contraire à la loi. Celle-ci a en effet prévu que tout citoyen doit pouvoir vérifier que le nouveau PLU, sous peine de nullité, ne contient pas de modifications supplémentaires autres que celles demandées par les citoyens, ce que nous entendons faire.

L’AJUV, association de citoyens attachés au débat démocratique sur les politiques locales et la qualité de vie à Juvisy, n’a aucun lien structurel avec des partis politiques, ne bénéficie d’aucune subvention publique et ne vit que des cotisations et des dons de ses adhérents.

L’avenir de Juvisy mérite mieux qu’une misérable polémique. L’AJUV continuera à œuvrer pour la qualité de vie à Juvisy et pour le bien-être des Juvisiens, dans le respect de la démocratie.

 

Share Button
image_pdfimage_print