Que dit le commissaire-enquêteur sur les immeubles en centre-ville ?

UrbanismeLe projet de PLU inclut la construction d’immeubles dans le centre-ville, au delà des tours d’Estienne d’Orves et Kléber déjà évoquées, du PAPAG de l’hôpital ou encore du Centre de loisirs. La question de la grande-rue et de l’avenue de la Terrasse apparaissent en particulier dans le rapport. L’AJUV  en rend compte.

Suite à l’enquête publique sur le PLU, le commissaire-enquêteur a rendu son rapport que vous pouvez lire en suivant ce lien, car il est consultable en ligne et téléchargeable sur le site de la ville de Juvisy : Rapport du commissaire enquêteur

Comme pour les publications sur le PLU, ce qui relève du point de vue de l’AJUV est indiqué en italique, afin de ne pas confondre les faits et leur interprétation. Les citations directement issues du rapport apparaissent pour leur part en bleu et elles sont suivies du numéro de page du rapport.

Le projet de l’avenue de la Terrasse sur le « site EDF » est fortement remis en cause, du fait de l’opposition de la DRAC (Direction Régionale des Affaires Culturelles) qu indique « un avis défavorable conforme sera donné sur toutes autres demandes de permis de construire par notre service » (page 37), ce qui signifie que la DRAC bloquera tout permis de construire qui correspondrait aux hauteurs prévues qu’elle estime trop importantes. Il est également demandé « d’inscrire les bords de l’Orge en zone N » (page 38). A ce sujet, la Ville reconnaît que le nombre de logements qui avait été indiqué est sous-évalué, « l’erreur sur les logements sera corrigée » (page 41). Dans ses conclusions, le commissaire-enquêteur écrit « Je partage assez bien les remarques que fait la DRAC sur le plan masse 18 avenue de la Terrasse. Ce quartier est essentiellement pavillonnaire ; il comprend la parc paysager des Grottes et doit être protégé dans son environnement » (page 66). Logiquement, cela débouche sur  « Première réserve – Le plan masse 18 avenue de la Terrasse doit être retravaillé en prenant compte les remarques de la DRAC, dans un souci de protection de l’environnement » (page 71). Le projet présenté dans le PLU ne peut être conservé et la Ville doit revoir sa copie de fond en comble.

Pour ce qui concerne la grande-rue, sur laquelle pesait la menace d’immeubles plus élevés de deux étages que l’existant, une précision s’impose aussi : « préserver les maisons anciennes situées à l’alignement de la partie Nord de la grande-rue » (page 38). Le commissaire-enquêteur indique plus loin, dans ses conclusions, « Je partage également la demande qui est faite de limiter la hauteur à l’existant de la partie nord de la grande-rue, la rue Piver. Ces deux rues comme l’indique la DRAC témoignent du passé de la commune » (page 66).

L’AJUV se félicite de ces remarques et de cette réserve. Car si reconvertir le « site EDF » paraît légitime, en revanche engager là aussi des constructions trop hautes et trop denses est une erreur. L‘AJUV regrette que la question de la tour prévue sur le site de l’actuel CTM (centre technique municipal), dont la relocalisation n’est envisagée nulle part, ne soit pas évoquée dans le rapport, tout comme la moitié sud de la grande-rue, qui ne doit pas devenir un canyon entre deux barres d’immeubles. Dès lors, elle appelle les habitants à rester mobiliser sur ces questions : avant même la fin de l’enquête publique, il a déjà été possible d’obtenir des modifications sur d’autres sites.

Sur une question aussi importante, l’AJUV demande qu’un débat suivi d’un vote soit organisé au sein du Conseil municipal au sujet du PLU, au plus près des habitants et de leurs élus directs, et non simplement au conseil de l’EPT12.

Un article plus ancien du site sur le même sujet :

L’article qui sert de sommaire sur le rapport du commissaire-enquêteur : Que dit le rapport du commissaire enquêteur ?

Share Button
image_pdfimage_print