Phytosanitaires : l’AJUV saisit le préfet.

Traitement chimiqueDepuis le changement d’orientation politique de mars 2014, le nouveau Maire,  Robin Reda, a fait effectuer au moins deux campagnes de désherbage chimique des rues sur tout le territoire de la ville, même à proximité des cours d’eau (Seine et Orge). Les produits chimiques ont aussi été répandus à proximité des lieux fréquentés par les jeunes enfants (écoles maternelles, squares, crèches).

Juvisy-sur-Orge était une ville respectueuse de l’environnement ; elle avait notamment signé la Chartre Phyt’Eaux en 2007. Il s’agit d’un programme de prévention des pollutions par les produits phytosanitaires. Il a pour but d’inciter les services communaux de voiries et espaces verts à limiter, voire à supprimer, l’utilisation de produits chimiques pour les espaces verts, trottoirs… et ainsi améliorer la qualité de l’eau de la Seine et de ses affluents. La ville de Juvisy appliquait cette Charte et avait, en 2013, obtenu le trèfle à 4 feuilles pour ses engagements.

Ces opérations de désherbage, au nom de la propreté et des économies à réaliser, sont effectuées au mépris des risques sanitaires et des engagements pris auprès des signataires de la Charte. Des années d’efforts et de pédagogie auprès des Services et de la population ont donc été réduites à néant en l’espace de quelques semaines.

L’AJUV vient donc de contacter par courrier les différents services concernés (Préfet, Conseil Régional, Conseil Régional, SEDIF, Agence de l’EAU Seine-Normandie, SIVOA,). Elle les informe de cette situation et les alerte sur l’impact de tels traitements sur la qualité des eaux, notamment de l’Orge et de la Seine, source d’approvisionnement majeure des habitants d’Ile-de-France en eau potable, ainsi que sur le risque de dissémination de substances chimiques nocives, jusque dans les logements des habitants.

Soucieuse de l’environnement et de la santé des Juvisiens, L’AJUV ne peut pas rester sans réagir face à un tel revirement. Elle demande le respect des engagements pris par la ville en 2007.


Retrouvez nos documents.

Share Button
image_pdfimage_print

2 réflexions au sujet de « Phytosanitaires : l’AJUV saisit le préfet. »

  1. lemaire marie-odile

    Au fur et à mesure de ces dernières années sans pesticide, à Juvisy, on a vu revenir les papillons qui avaient complètement disparu. Je crains que ça ne se reproduise très vite avec le retour de cette politique du pesticide. Encore une chose qui là n’est pas liée à la politique du nouveau maire mais à un niveau beaucoup plus général : les hirondelles restent de moins en moins longtemps chez nous ( cette année, elles sont arrivée vers le 08 mai et reparties avant le 26 juillet alors que c’était une année douce ) et sont de moins en moins nombreuses…

  2. AJUVAJUV Auteur de l’article

    Bonjour Marie-Odile et merci pour votre commentaire.

    Effectivement le traitement par pesticide peut avoir des conséquences lourdes, sur la faune et la flore juvisienne (on pense tout particulièrement aux abeilles du Parc Camille Flamarion).

    Autre impact important : la pollution de nos sources et de nos rivières (Seine et Orge) qui avait motivé l’équipe précédente dans son choix de bannir ces traitements nocifs.

    Comme vous le soulignez tout n’est pas de la responsabilité du Maire en matière de pollution, mais il est indispensable qu’un Maire fasse tout ce qui est de sa responsabilité en la matière.

Les commentaires sont fermés.